LES CONCOURS

Lors de manifestations agricoles, salons, regroupement d'éleveurs, etc., des concours de race sont souvent organisés. Ils permettent aux éleveurs, qui emmènent une vache (éventuellement accompagnée de son veau) ou un taureau, d'être récompensés si leur bovin répond standard de la race.

Le jugement

Les bovins sont alors classés par catégorie d'âge, de sexe et de race, et pour les vaches, il y a la catégorie suitée (généralement réservée aux vaches allaitantes). Un jury va noter chaque bovin après avoir scrupuleusement observé chaque partie de son corps (position, forme, taille…). La robe est aussi notée. Membres, aplombs, port de tête, ligne du dos... tout est passé sous le scanner que sont les yeux du juge ! De plus, les taureaux sont généralement pesés. Pour attribuer les notes, les juges ont observé chaque sujet dans différentes situations : à l'arrêt, en mouvement au pas et une observation en groupe où les bovins sont positionnés côte à côte afin que le jury puisse comparer toutes les mamelles, les croupes, etc. d'un point de vue d'ensemble.

▲ Concours de Vosgiennes, au SIA 2011

Les critères de notation

Dans un premier temps, le juge vérifie que l’animal présenté correspond bien au standard de la race. Par exemple, pour une Montbéliarde, un juge va d’abord vérifier que l’animal mesure plus de 120 cm au sacrum, est pie-rouge, a les extrémités (mufle, membres et queue) blanches et ne présente pas de petites taches multiples sur la tête.

Ensuite, il va vérifier les mensurations du corps : hauteur au sacrum (mesurée dans l’axe des hanches), largeur de poitrine (mesurée au passage de sangle, à l’arrière de l’épaule), profondeur de poitrine (mesurée au passage de sangle, à l’arrière des pattes) et profondeur de flanc (mesurée au plus profond de l’animal).

On peut aussi s’intéresser au bassin, en notant sa longueur (mesurée de la pointe des hanches à la pointe des fesses), la largeur des hanches (mesurée entre les deux pointes de hanches), la largeur aux trochanters (mesurée entre les articulations coxo-fémorales). Il peut y avoir une pénalité ou un bonus, selon l’inclinaison du bassin.

▲ Vache Prim'holstein au SIA 2011

Dans le cas d’une race laitière, la mamelle et les trayons tiennent une très grande place dans la notation. Le juge va ainsi évaluer l’attache avant, la hauteur et la largeur de l’attache arrière, le développement, l’équilibre et le support de la mamelle. En ce qui concerne les trayons, il va noter l’écart avant, la longueur, l’orientation et la forme des trayons.

Les aplombs sont évalués d’après la courbure des jarrets arrières et d’après l’inclinaison des paturons. Des bonus peuvent être donnés si les aplombs sont secs ou si les pieds sont très bons. Mais il peut aussi y avoir des malus en cas d’aplombs gras ou panards, de mauvaise démarche ou de mauvais pieds.

Une petite partie de la note prend également en compte de la vitesse de traite et du tempérament. Ces points sont attribués après avoir posé des questions au propriétaire de la vache.

L’aptitude bouchère se note par la largeur du garrot (de très étroit à très large) et la cuisse (évaluée par sa largeur au travers du grasset et de son épaisseur vue de l’arrière).

La préparation

Participer un concours est très important pour un éleveur. C'est une longue préparation. Pendant les semaines qui précèdent, l'éleveur doit habituer la vache au licol si c'est son premier concours. Il doit également l'habituer à marcher en longe à côté de lui et à se laisser brosser, raser, laver, etc…

▲ Vaches Prim'holsteins au SIA 2009

Le jour du concours

Et le jour J, la vache est douchée et brossée. Les poils indésirables et rebelles sont rasés, peignés, le bout de la queue est démêlé, les cornes, s'il y en a, sont précautionneusement nettoyées voire lustrées. Pour les vaches laitières, on saute la traite d'avant le concours ou bien on la fait plus tôt afin que le pis soit bien gonflé au moment voulu. Les semaines ou jours précédant le jour du concours, on donne aux taureaux des rations qui contiennent plus de protéines afin qu'ils prennent un peu de poids et qu'ils paraissent plus imposants pour le concours.

▲ Vache Pie Rouge au SIA 2009

Les différents concours

Comme pour tout concours, il en existe des régionaux, nationaux, internationaux... Les plus petits permettent aux premières places d'accéder à des concours plus élevés, jusqu'à atteindre les grands concours, comme par exemple, ceux du Salon International de l'Agriculture (SIA) à Paris ou encore ceux du SPACE (Salon de la Production Agricole Carrefour Européen) à Rennes.